Les croix

Croix Roumieu

Croix du Roumieu : véritable monument commémoratif du voyage d’un paroissien qui rapporta de Rome la relique de saint Symphorien en 1610. "Roumieu" désigne en provençal un pèlerin, d’où son nom.
croix roumieu Eyragues

Autre croix sur la commune d'Eyragues

- Croix de l’église (place Jean Jaurès) : Une première croix existait d’avant la Révolution, mais elle fut remplacée en 1844
- Croix Saint-Eloi (place des poilus) : Croix datant de 1830, autour de laquelle sont organisées de nombreuses fêtes de la ville.
- Croix Saint-Marc (angle chemin des Près et avenue du Général De Gaulle) : Croix antérieure à la Révolution
- Croix du cimetière (avenue du 11 novembre) : Tout d’abord située au quartier Saint Jean (en 1826), elle fut déplacée à son emplacement actuel en 1892.
- Croix de la Gardy : Croix de 1818
- Croix de la Madeleine
- Croix Saint-Véran (route de Noves)
- Croix de l’avenue Henri Barbusse (rond point de l’avenue Barbusse)
- Croix de l’ermittage (chemin de Notre-Dame)
- Croix route de Saint-Rémy
- Croix de Lorette
- Croix du pont des Lièvres
- Croix du chemin des Esglaias

Niches urbaines

Il existe 11 niches urbaines, dont seulement 6 sont occupées par une statue, dédiées à la Vierge.

- Impasse des Barris : Statue de la Vierge présentant l’enfant. De dimensions généreuses, elle comporte notamment un dais mouluré très saillant. Le socle de la statue porte la date de sa réalisation: 1736.
- Impasse de l’Ange (photo ci-dessous): La Vierge polychrome tient l’enfant sur son bras droit. Il s’agit d’une simple ogive creusée dans le mur.
- Rue Ninette : Statue de la Vierge tenant l’enfant sur son bras gauche, probablement pas d’origine, le socle carré ne s’accordant pas avec la console ronde. Réalisation finement travaillé, avec décor d’écailles et de fleurons sur le dais, de feuilles d’acanthe sur la console.
- Impasse G. Perrier : Jolie niche sur console à godrons, avec dais surmonté d’une coupe. Elle abrite une statue de la Vierge tenant l’enfant sur son bras gauche.
- Rue Porteyguière : Statue représentant la Vierge en mains jointes.
- Rue du moulin : Statue de la Vierge avec les mains jointes.
Les autres niches ont été dépouillées de leur statue.
Niches urbaines Eyragues
PATRIMOINE RELIGIEUX EYRAGUAIS >

Eglise Saint-Maxime et chapelle du Christ

Latitude: 43.841168 - Longitude: 4.841842.
Adresse: Place Jean Jaurès - 13630 EYRAGUES.

Eglise Saint-Maxime Eyragues Jolie église romane (XII° siècle), remaniée à plusieurs reprises, inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

La partie médiévale de l’édifice est comprise entre le portail ouest et le chœur. Au XVII°, l’édifice est agrandi et exhaussé d’un clocher. Le bas-côté nord et l’abside, sur voutes nervurées sont de style gothique. A droite du chevet, on remarquera la présence de deux beaux autels de style Renaissance.

Le chœur est de 1848. On note de l’extérieur les créneaux d’une terrasse fortifiée rappelant les Saintes-Maries-de-la-mer ou encore saint-Vincent de Saint-Andiol. Elle aurait, selon la notice de l’Abbé Joseph Mascle, à la défense contre les Albigeois.

L’église abrite aujourd’hui la statue-reliquaire de saint-Eloi, célébré à la fin juin par une fête populaire, la « caretto ramado » ("charrette ramée" en provençal) : la charrette, décorée de végétaux, est tractée par des dizaines de chevaux de traits précédés d’un couple de prieurs.

La chapelle du Christ

Chapelle latérale de style Renaissance à droite du chœur.
On y accède par un portail "antiquisant" constitué de deux fines colonnes supportant un entablement comportant une frise assez travaillée et d’un fronton triangulaire.

L’élément le plus remarquable est sans doute le plafond à caissons décoré de fleurons, identiques au premier coup d’œil mais en réalité tous singuliers.

On peut y admirer également une grande toile classique du Christ en croix et le heurtoir de l’ancien presbytère, qui est classé (XVI°).

La chapelle a sans douté été réalisée pour le compte d’une famille noble : le tympan du fronton garde les marques du bûchage d’un blason, probablement éliminé durant la révolution de 1789.

Description architecturale : La nef romane, longue de trois travées, est voutée en berceau brisé.
Sur le dernier doubleau, celui qui la sépare du chœur, on peut observer les restes d’anciennes peintures murales : ce sont vraisemblablement les initiales de différents papes.
L’abside, pentagonale à l’extérieur et en cul de four à l’intérieur, présente une jolie voûte ogivale nervurée, sur trompes, décorée de mascarons.
Entre les XIII° et XIV° siècles, l’édifice est transformé en église fortifiée, avec un chemin de ronde crénelé et des contreforts de style gothique.
Le clocher carré (XVII°), coiffé d’un toit pyramidal cerné de balustres, laisse voir ses cloches par 4 baies en plein cintre.

Chapelle de Notre-Dame-du-Pieux-Zèle et ermitage dit de Saint-Bonnet

Latitude: 43.846748 - Longitude: 4.83533.
Adresse: Route des jardins - 13630 EYRAGUES.

Édifice qui puise ses origines dans le roman primitif (XI°). Il est repris aux XVII° et XIX° siècles.

Chapelle Eyragues Le vocable initial était Notre-Dame de La Piucello (pucelle). Mais en 1757, dans la vague de pudibonderie des Dévots, Mgr Manzi changea le nom en Pieux-Zèle. Depuis 1820, le culte de saint Bonnet fut introduit ici en remplacement de celui de saint Bonnet de Lagoy (Saint-Rémy-de-Provence), en raison des rixes qui se produisaient entre habitants d’Eyragues et de Saint-Rémy au cours des pèlerinages. La chapelle porte donc depuis le vocable de Saint-Bonnet. L’ermitage, directement accolé à la chapelle, formant comme un bas-côté, est occupé par des ermites jusqu’en 1830 ; c’est aujourd’hui une maison d’habitation privée.

La chapelle s’élève dans un petit jardin ombragé : s’y trouvent encore des restes de sarcophages paléochrétiens (un couvercle notamment, au bout de l’allée principale).

Description architecturale : L’abside romane est fermée en cul-de-four.
A noter : le sarcophage antique réemployé au tympan.
Les bas-reliefs qui y sont sculptés représentent Adam, Ève, le serpent et l’arbre de vie.
La première travée à partir du portail ouest n’est pas d’origine : un porche couvert, comme celui que l’on peut observer sur la chapelle saint-Sixte d’Eygalières, précédait l’entrée.
Lors d’une récente campagne de restauration, le mur de séparation a été abattu et l’ouverture (dont l’arc plein cintre et le tympan ont été conservés) réduite aux dimensions d’une porte.
L’intérieur, qui a également fait l’objet d’une restauration, est entièrement peint. Les 4 travées de la nef sont couvertes par une voute en berceau sur double arêtier, ornée de fleurons centraux. Elle est prolongée par une abside en cul-de-four avec toiture en dalles de pierre.

Oratoires

Oratoire de la Sainte-Famille

Ici, l'oratoire est dédié à la Sainte-Famille, c'est-à-dire les parents de Jésus de Nazareth, dont le patron est Joseph.

Situé dans une propriété privée, il est mis en place pour un remerciement ou à l'occasion de l'accomplissement d'un voeu.
Latitude: 43.840858 - Lontitude: 4.839319
Adresse: Avenue Romain Rolland - 13630 EYRAGUES

Description architecturale: C'est un cippe rectangulaire à corniche posé sur un socle à deux degrés.
Il porte une large niche en plein cintre protégée par une grille.
Elle abrite un groupe représentant Joseph, Marie et l'enfant Jésus.
Le toit à deux pentes est orgné d'une croix en métal.

Oratoire Saint-Eloi C'est un oratoire de style classique, en bon état.
Vous y verrez une sculpture tutélaire et une plaque en mémoire des fondateurs.

Oratoire Saint-Eloi

Il fut édifié en 2010 par la confrérie de Saint-Eloi.

Latitude: 43.840606 - Longitude: 4.838353.

Adresse: Angle Chemin Notre Dame et Avenue Romain Rolland - 13630 EYRAGUES.

Description architecturale:Une base en chanfrein supporte un fut carré qui comporte une niche en plein cintre.
La statue du Saint est polychrome, la date de construction et le vocable sont inscrits sur le socle.
L'édifice se termine par un toit à deux pentes et un fronton triangulaires.


Chapelle des Pénitents Blancs

De cet édifice datant de 1588, il ne reste qu’une voûte englobée dans une maison particulière.

Chapelle des Pénitents Noirs

C'est dans une demeure moderne que subsistent quelques restes insignifiants qui date du XVII° ou XVIII° siècle. Informations: pays-arles.com